Montagne

Les montagnes couvrent 36 % de la surface de l'Europe et 27% de l'UE-27. Le territoire français compte six massifs montagneux dont quatre partagés avec les pays limitrophes. S'y ajoutent les Hauts de la Réunion pour les territoires ultramarins. Situés dans la moitié sud-est du territoire (à l'est d'un ligne Bayonne Metz), les massifs montagneux couvrent 27% du territoire français métropolitain. La variété de leurs paysages et la richesse de leur patrimoine naturel et culturel en font des zones touristiques très attractives, soumises à de fortes pressions démographiques. Véritables « châteaux d'eau » pour les plaines qu’elles dominent, les montagnes sont le lieu privilégié de la production hydroélectrique. Elles recèlent une très forte biodiversité, et constituent, en Europe, un vaste continuum écologique qui court de la mer Noire jusqu'à la pointe ouest de l'Espagne et serpente à travers l'Italie. L'environnement des espaces montagnards nécessite une attention particulière en raison de la fragilité des milieux qui les composent mais également des conséquences de son altération sur les autres territoires qui en dépendent.

Il n'y a pas de définition européenne officielle de la montagne. Chaque pays a défini ses zones montagneuses en fonction de ses politiques. Les « zones de montagnes » recouvrent des réalités très différentes d'un état membre de l'Union Européenne à un autre. Leurs définitions s'appuient essentiellement sur la reconnaissance d'un ensemble de spécificités, géologiques, topographiques et climatiques. La mise en œuvre de politiques d'aménagement du territoire, en France et Europe, ont nécessité l'établissement de zonages officiels. Ils se basent essentiellement sur des critères d'altitude et de pente conduisant à la reconnaissance du handicap agricole des territoires de montagne.